Archive | Prémices des échéances de 2012, rétrospectives RSS for this section

Législatives : Jean-Charles Orsucci n’est plus candidat


Législatives : Jean-Charles Orsucci n’est plus candidat

(Publié le 26/01/2012, 18h30)

 

Législatives : Jean-Charles Orsucci n’est plus candidat

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza ) – Jean-Charles Orsucci, maire de Bonifacio et conseiller territorial de la majorité, on le sait ne sera pas candidat aux législatives de 2012. Longtemps pressenti candidat du PS dans la deuxième circonscription de Corse du Sud, il a subi en quelque sorte le même sort qu’Emmanuelle de Gentili en Haute Corse, c’est-à-dire que le comité d’investiture a préféré imposer un candidat du PRG, en l’occurrence Paul Marie Bartoli. Jean-Charles Orsucci n’a pas voulu s’épancher sur la question, il prend acte c’est tout; c’est ce qu’il a dit à notre micro.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – Jean-Charles Orsucci, merri di Bunifaziu è cunsighju tarrituriali di a maghjurità, a sapemi ùn sarà micca candidatu à i legislativi di u 2012. Allora chì si pinsava ch’ellu duvia essa u candidatu di u PS ind’a siconda circuscrizzioni di Corsica Suttana, hà cunnisciutu a listessa sorti, à l’ingrossu, cà Emmanuelle de Gentili in Corsica Suprana, vali à dì chì u cumitatu incaricatu di l’investituri hà vulsutu impona piuttostu un candidatu di u PRG, quì Paulu Maria Bartoli. Jean-Charles Orsucci ùn hà micca vulsutu dì ni di più nant’à issa quistioni, ni pighja contu, puntu è basta; hè ciò ch’ellu ci hà palisatu.

Publicités

L’humain doit être replacé au centre des débats de la campagne des législatives, selon Dominique Bucchini


L’humain doit être replacé au centre des débats de la campagne des législatives, selon Dominique Bucchini (Publié le 10/01/2012, 12h22)

L’humain doit être replacé au centre des débats de la campagne des législatives, selon Dominique Bucchini

 

(Maria Lanfranchi – Alta Frequenza) – 2012 : année électorale s’il en est, avec pas moins de deux scrutins : une élection présidentielle et une élection législative. Autant dire que les états-majors politiques sont sur le pied de guerre. La Corse se détaille en quatre circonscriptions législatives, et le front de gauche défendra ses couleurs dans ces quatre zones. Le président de l’Assemblée, Dominique Bucchini estime ainsi, que dans cette campagne, l’humain doit être replacé au centre des débats. Même si l’expérience de ces trente dernières années montre que la gauche n’a pas toujours tenu ses engagements, au plan national notamment, la poursuite du libéralisme serait bien pire. « Il faut creuser un sillon en profondeur » déclare le Président de l’Assemblée de Corse.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – 2012 : annu eletturali di prima trinca, cù dui scrutini : un’alizzioni prisidinziali è un’alizzioni legislativa. L’organi dirighjenti pulitichi sò dunqua à a mossa. A Corsica si taghja in quattru circuscrizzioni legislativi, è u fronti di manca difindarà i so culori inde issi quattru zoni. U prisidenti di l’Assemblea, Dumenicu Bucchini stima in fatti, chì inde issa campagna, l’umanu devi essa rimissu à u centru di i dibattiti. Ancu puru s’è a sparienza di iss trenta ultimi anni dimostra chì a manca ùn hà micca sempri tinutu i so ingaghjamenti, à u nivellu naziunali frà altru, a cuntinuità di u libaralisimu saria ancu peghju. « Ci voli à sulcà di modu prufondu » dici u presidenti di l’Assemblea di Corsica.

Année électorale : les services administratifs sont-ils ralentis ?


Année électorale : les services administratifs sont-ils

ralentis  ? (Publié le 09/01/2012, 07h30)

 

Année électorale : les services administratifs sont-ils ralentis ?

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – 2012, année électorale s’il en est, a démarré sur les chapeaux des roues car la campagne électorale, selon tous les observateurs, sera âpre et difficile. Comme toujours, en pareille circonstance, les services de l’Etat vont observer ce que l’on appelle, le devoir de réserve en période électorale. Une manière de marquer la plus totale neutralité de tous ses services vis à vis de tous les candidats. Pour le commun des mortels l’administration se met totalement en stand by pendant les semaines précédant les élections, car il semble bien qu’en apparence, plus rien ne se passe du coté de l’administration d’état. Pourtant c’est très loin d’être le cas comme nous le dit Patrick Strozda, préfet de Corse.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – 2012, annu eletturali impurtanti, hà cumunciatu in furia parchì a campagna, sicondu à l’usservatori, sarà spietata è difficiuli. Com’è sempri pà circustanzi simuli, i servizii di u Statu ani da usservà ciò chì si chjama u duveri di riserva in periudu eletturali, una manera d’incalcà a neutralità a più sana di tutti i so servizii di pettu à tutti i candidati. Pà u più grandi numaru, l’amministrazioni si spinghji appena duranti i settimani nanzi à l’alizzioni, parchì chì pari bè ch’ùn si passessi più nulla da u cantu di l’amministrazioni di Statu. Eppuru, semi belli luntani da issu casu quì, com’è a ci dici Patrick Strozda, prifettu di Corsica.

Campagne électorale en Corse : tous les coups sont-ils permis ?


Campagne électorale en Corse :

tous les coups sont-ils permis ?

(Publié le 09/01/2012, 07h25)

 

Campagne électorale en Corse : tous les coups sont-ils permis ?

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – L’année 2012 serait, pour ceux qui l’ignoreraient encore, électorale. Et l’on sent très nettement depuis le premier janvier, un coup d’accélérateur dans la campagne. Une campagne qui, selon beaucoup d’observateurs, prend parfois des tournures plus que désagréables, car tous les coups semblent permis ou presque, ce qui laisse embarrassés bien souvent les militants de base des différents courants politiques. Illustration avec Pierre Bessière, militant socialiste de toujours et qui a été très longtemps l’un des responsables de la fédération de Corse-du-Sud.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – L’annu 2012 sarà, pà quilli chì ùn la sani ancu, eletturali è si senti daveru dipoi principiu di ghjinnaghju, un colpu in furia ind’a campagna. Una campagna chì, à parè di parechji usservatori, pighja calchì volta via più cà pessimi, parchì chì tutti i colpi parini parmissi o guasgi, ciò chì distruba à spessu i militanti di a prima ora di sfarenti currenti pulitichi. Illustrazioni cù Pierre Bessière, militanti sucialistu di u sempri è chì hè statu u longu tempu unu di i rispunsevuli di a federazioni di Corsica Suttana.

Quel regard sur le nationalisme : le point de vue d’Edmond Simeoni


Quel regard sur le nationalisme : le point de vue d’Edmond Simeoni (Publié le 04/01/2012, 15h18 )

 

Quel regard sur le nationalisme : le point de vue d’Edmond Simeoni

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – Quel regard porter sur le nationalisme corse en ce début d’année 2012, une année qui verra se confronter dans l’arène politique, à nouveau ses deux grands courants. En effet, Corsica Libera et Femu a Corsica, seront présentes chacune dans les quatre circonscriptions de Corse, afin de faire entendre la voix, les voix plutôt, des deux mouvements qui envisagent l’avenir de la Corse avec des options différentes. Si certaines candidatures ont déjà été annoncées tout à fait officiellement, d’autres sont plus que probables, mais il vaut mieux attendre sagement, sauf à vouloir se lancer dans une prospective hasardeuse, les actes officiels. Le nationalisme corse aujourd’hui est-il fracturé entre réformistes et révolutionnaires, deux tendances qui ne sont pas forcément additionnables lors de confrontations électorales? Une question qui va prendre toute son importance en cette année très particulière.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – Chì sguardu purtà nant’à u naziunalisimu corsu in issu principiu d’annu 2012, un annu chì vidarà cunfruntà si inde l’aghja pulitica, torna una volta i so dui grandi currenti. In fatti, Corsica Libera è Femu a Corsica sarani prisenti tramindui ind’i quattru circuscrizzioni di Corsica, da fà senta a voci, i voci piuttostu, di i dui muvimenti chì vedini l’avvena di a Corsica cù uzzioni sfarenti. S’è certi candidaturi sò dighjà stati annunziati di modu ufficiali, d’altri sò di più cà pussibuli, ma bisogna ad aspittà di modu pianu, fora di quilli chì si vulariani lancià ind’un’intrapresa difficiuli, l’atti ufficiali. U naziunalisimu corsu oghji hè scumpartutu trà rifurmisti è rivuluziunarii, dui tindenzi chì ùn si poni tantu adunscia si duranti cunfruntazioni eletturali? Una quistioni chì hà da pighjà tutta a so impurtanza inde st’annu assai particulari.

La situation dans le camp libéral avec Marie-Antoinette Santoni-Brunelli


La situation dans le camp libéral avec Marie-Antoinette Santoni-Brunelli (Publié le 03/01/2012, 12h29)

La situation dans le camp libéral avec Marie-Antoinette Santoni-Brunelli

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – Comme on pouvait le supposer, l’année commence sur les chapeaux de roue en matière de campagne électorale, en Corse comme ailleurs. Vu les évènements de ces dernières heures, il semble bien que tous les coups seront permis, dans cette campagne, et ce, quel que soit le bord politique. Sans vouloir évoquer une hypothétique déontologie du métier de journaliste – chacun a son idée sur la question – il semble bien que la plus extrême prudence soit de mise, à propos de la provenance de telle ou telle information, ces fameuses sources. Sources hélas, bien souvent de bien des manipulations dans beaucoup de domaines. Nous nous efforcerons donc, dans les semaines qui viennent, de vous livrer des informations qui ont été vérifiées autant que faire se peut, afin d’éviter bien des déboires et des emballements médiatiques. L’interview restant la valeur sûre pour une radio, nous avons choisi ce moyen pour vous faire entendre le remue-ménage qui s’est emparé du camp libéral. Celui-ci est en reconstruction ! C’est l’affirmation mainte fois répétée par une Nouvelle Corse, créée par des jeunes libéraux au lendemain des élections territoriales. Une addition d’individualités ne peut pas faire un groupe politique cohérent, c’est le sentiment de Marie-Antoinette Santoni-Brunelli, qui dirige avec Jean-Martin Mondoloni une Nouvelle Corse.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – Com’ella si pudia induvinà, l’annata cumencia in furia in furia in materia di campagna eletturali, in Corsica com’è in altrò. Vistu l’avenimenti di iss’ultimi ori, pari bè chì tutti i colpi sò parmissi, in issa campagna, è què, qualsiasi u latu puliticu. Senza vulè trattà di un’ipotetica deontulugia di u mistieru di ghjurnalistu – ognunu t’hà a soia nant’à a quistioni – pari bè chì a più grandi prudenza sia nicissaria, pà ciò chì tocca à d’induva ghjunghji di tali o tali infurmazioni, issi famosi fonti. Fonti par disgrazia, à spessu influenzati da parechji manipulazioni in numarosi duminii. Pruvaremi dunqua, ind’i settimani à vena, di dà vi l’infurmazioni chì sò stati verificati u più pussibuli, da schisà qualsiasi dillusioni o infiarata mediatica. L’intervista firmendu u valori sicuru pà una radiu, emi sceltu issu mezu pà fà vi bè senta u cumbugliu chì stà drentu à u campu liberali. Iss’ultimu hè in ricustruzzioni ! Hè l’affirmazioni tanti volti ripituta da « une Nouvelle Corse », criata da ghjovani liberali à u lindumani di l’alizzioni tarrituriali. Un’accumpulera d’individualità ùn pò micca fà un gruppu puliticu cuerenti, hè u sintimu di Marie-Antoinette Santoni-Brunelli, à i manechji cù Jean-Martin Mondoloni di « une Nouvelle Corse ».