Archive | Présidentielles en Corse RSS for this section

Vote FN : ne pas confondre le nationalisme du dominé avec celui du dominant, selon Petru Poggioli


http://www.alta-frequenza.com/l_info/l_actu/vote_fn_ne_pas_confondre_le_nationalisme_du_domine_avec_celui_du_dominant_selon_petru_poggioli_54934

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – Après Jean-Guy Talamoni ce matin (mercredi), nous poursuivons notre tour d’horizon auprès de la classe politique insulaire, et notamment nationaliste, pour tenter de comprendre ce qui s’est passé en Corse à propos du vote FN. Selon Petru Poggioli nous avons constaté, à l’occasion de ce scrutin, l’émergence d’un vrai vote front national dans l’île et cela n’a qu’un lien éloigné avec le vote nationaliste corse. Il ne faut pas confondre, affirme Petru Poggioli, le nationalisme du dominé avec celui du dominant et la cause de ce vote important en faveur du FN dans l’île doit être recherchée dans les modifications sociologiques en profondeur qu’a vécu la Corse depuis quelques décennies.

Écoutons-le.

Publicités

1er mai : rassemblements à Ajaccio, Bastia et Porto-Vecchio


1er mai : rassemblements à Ajaccio, Bastia et Porto-Vecchio

(Maria Lanfranchi – Alta Frequenza) – Les organisations syndicales ont bravé la pluie hier (mardi) pour participer aux traditionnels rassemblements du 1er mai. Ajaccio, Bastia, et Porto-Vecchio ont hissé leurs revendications jusqu’aux deux candidats à l’élection présidentielle. Particulièrement visé, le Président sortant. Antoine Mandrichi, pour la CGT, a ainsi affirmé que le « programme » de Nicolas Sarkozy était « pire que son bilan ». Au chapitre des revendications avancées : revalorisation des salaires, pensions et minima sociaux ou répartition des vraies richesses.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – L’urganisazioni sindicali ani participatu sottu à l’acqua à i tradiziunali aduniti di u 1a di maghju. Aiacciu, Bastia, è Purtivechju ani purtati i so rivindicazioni fin’è i dui candidati à l’alizzioni prisidinziali. Particularmenti ind’a mira sindicali : u Presidenti attuali. Antoine Mandrichipà a CGT, hà affirmatu chì u « prugramma » di Nicolas Sarkozy era « peghju cà u so bilanciu ». Pà ciò chì tocca à i rivindicazioni : rivalurisazioni di i paghi, pinsioni è minimi suciali o spartera di ricchezzi veri.

Vote FN : l’analyse de Jean-Guy Talamoni


 

Vote FN : l’analyse de Jean-Guy Talamoni

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – Les valeurs que nous défendons sont antinomiques avec celles qui sont portées par le front national! C’est la déclaration de Jean Guy Talamoni après les résultats en Corse du premier tour de l’élection présidentielle. Nous poursuivons notre tour d’horizon auprès de la classe politique insulaire, et notamment nationaliste, pour tenter de comprendre ce qui s’est passé chez nous à propos de ce vote FN. Certains observateurs et notamment des représentants politiques ont, après une analyse un peu hâtive, laissé entendre que les nationalistes corses avaient gonflé de manière conséquente le vote Le Pen. Nous avons déjà entendu sur cette question Dominique Bucchini, Jean Christophe Angelini et Paul Felix Benedetti; avant Petru Poggioli et Francois Alfonsi que nous retrouveront dans nos prochaines éditions, écoutez ce matin l’analyse de Jean Guy Talamoni.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – I valori ch’è no difindimu sò cumpletamenti cuntrarii di quilli chì sò purtati da u Front National ! Hè a dichjarazioni di Ghjuvan Guidu Talamoni dopu à i risultati in Corsica di u primu ghjiru di l’alizzioni prisidinziali. Cuntinuemi u nostru ghjiru di a classa pulitica isulana, è frà altru naziunalista, da pruvà à capiscia ciò chì hè accadutu ind’è noi di pettu à issu votu FN. Certi usservatori è frà altru raprisintanti pulitichi ani, dopu à un’analisi fatta appena à lestra, fattu capiscia chèi i naziunalisti aviani fattu ingrussà di manera impurtanti u votu di Le Pen. Emi dighjà intesu nant’à issa quistioni quì Dumenicu Bucchini, Ghjuvan Cristofanu Angelini è Paulu Filici Benedetti ; nanzi à Petru Poggioli è François Alfonsi ch’è no ritruvaremi ind’i nostri edizioni à vena, steti à senta stamani l’analisi di Ghjuvan Guidu Talamoni.

Écoutez Jean-Guy Talamoni.

Vote Front National en Corse : Paul-Felix Benedetti condamne le faux procès fait aux nationalistes


 

Publié le 30/04/2012, 07h42

 

Vote Front National en Corse : Paul-Felix Benedetti condamne le faux procès fait aux nationalistes

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – Assimiler le vote des nationalistes corses au vote massif qui s’est porté sur la candidate du Front National est un raccourci hâtif ! Paul-Felix Benedetti a répondu sans détour à cette question en condamnant le faux procès que l’on fait au mouvement corsiste. Selon lui, ces deux votes sont totalement incompatibles, mais il faut tout de même rejeter fortement la banalisation d’une telle situation.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – Fà un’assimilazioni trà u votu di i naziunalisti corsi à u votu massicciu chì hè andatu à prò di a candidata di u Front National hè una cunclusioni troppu faciuli ! Paul-Félix Benedetti hà rispostu senza svianza à issa dumanda u falsu prucessu chì s’hè fattu à u muvimentu cursista. D’appressu à ellu, issi dui voti ùn poni mancu appena andà insemi, ma ci voli quantunqua à ricusà di modu forti a banalisazioni di una situazioni simuli.

Écoutons le sentiment du conseiller territorial de Corsica Libera qui nous livre ici son avis personnel.

Du côté des blogs, « Présidentielle 2012 : le nationalisme ethnique de Marine Le Pen. » Génération 69


Par Daniel Arnaud

« Présidentielle 2012 : le nationalisme ethnique de Marine Le Pen.

Samedi, Marine Le Pen était en meeting à Ajaccio. Il est bien loin, le temps où Jean-Marie Le Pen semblait « interdit de séjour » en Corse. Dans les années quatre-vingt dix, en effet, le père se voyait empêcher de débarquer dans l’île par les nationalistes, aux cris de « I fascisti fora ! » (« Les fascistes dehors ! »). D’où cette légende, selon laquelle le Front national n’aurait jamais prospéré de ce côté-là de la Méditerranée…

En réalité, comme le rappelait le mensuel Corsica dans son numéro d’avril 2007, à l’occasion de la présidentielle précédente, son score insulaire s’est toujours révélé « en ligne » avec celui réalisé sur le Continent. Au second tour du scrutin de 2002, face à Jacques ChiracJean-Marie Le Pen atteint même en Corse 20,2 %, alors que sa moyenne pour la France entière est de 17,85 % !

C’est que l’extrême-droite, que ce soit Jean-Marie Le Pen hier ou sa fille aujourd’hui, peut s’appuyer sur un terreau idéologique présent dans l’île comme ailleurs, y compris chez certains autonomistes et chez certains indépendantistes. Mais pour saisir l’ambiguïté de la situation, il faut éclaircir au préalable la polysémie des mots « nation », « national », et « nationalisme »…

Lire la suite …Génération 69

Communiqué  » Sortir de l’impasse sécuritaire, antisociale xénophobe. Appel de la LDH, ligue des droits de l’homme, pour le second tour des présidentielles et pour le 1er mai »



En Corse, comme partout ailleurs en France, le bilan de Nicolas Sarkozy se résume à une régression des droits sans précédent depuis plusieurs décennies. Atteinte à la présomption d’innocence dans l’affaire Colonna, droit d’asile bafoué avec les Kurdes deBonifacio,désertification accrue des territoires avec la fermeture de bureaux de postes et la suppression de tribunaux de proximité, destruction des services publics et de l’École au nom de la rentabilité, recul de l’accès aux droits à la santé, au logement… au profit de logiques marchandes, précarisation accrue, chasse aux pauvres, xénophobie d’État, justice d’exception, fichage sans limite des citoyens, délitement accéléré de la société, détentions provisoires abusives, assassinats impunis… Il faut que cela cesse ! La LDH appelle à infliger une défaite au candidat sortant le 6 mai prochain. Mais cela ne suffira pas : il faudra ensuite reconstruire. Il reviendra au nouveau président d’ouvrir la voie à une véritable alternative. Pour la Corse, cela passe par l’établissement d’un État de droit démocratique, l’abrogation de la justice d’exception, les moyens de fonctionnement donnés à la justice ordinaire, à l’inspection du travail pour protéger les travailleurs, le renforcement de la Cour régionale des comptes, le contrôle de la mise en œuvre des lois sans compromission, la fin de la chasse aux étrangers… Cela passe par la nécessité d’un dialogue avec l’État et l’inscription durable de la singularité corse dans la République, dans une Europe sociale et démocratique et dans une Méditerranée de la solidarité et de la fraternité. A la veille du 1er mai, la LDH veut également rappeler l’urgence de la question sociale. La Corse est une île pauvre où vivent de plus en plus de pauvres et où quelques-uns s’enrichissent toujours plus. Elle est une terre qui attise les convoitises. Reconstruction des services publics ; lancement d’un plan d’action pour l’hébergement d’urgence et le logement social ; une justice sociale et fiscale qui assure la progressivité de l’impôt et la redistribution des richesses ; développement endogène maîtrisé… Il est possible de bâtir une autre Corse. C’est ce message que la LDH porte plus particulièrement cette année, à la veille du second tour des présidentielles et des élections législatives, en participant aux manifestations intersyndicales du 1er mai.


Ajaccio, le 26 avril 2012

Revue de presse, les liens vers le JDC « Pour une Corse enfin sans violence »


26 avril, par Journal de la Corse

L’élection présidentielle ne changera pas grand-chose au climat pourri qui règne aujourd’hui en Corse et se traduit par une violence désordonnée. L’état français une fois encore visé par les indépendantistes Selon Corsica Libera, l’administration française attiserait « les haines entre Corses », visant les forces de l’ordre, qui seraient pour Corsica Libera des « forces du désordre ». Le mouvement a également dénoncé la difficulté de travailler honnêtement dans certains secteurs d’activité mais aussi le (…)