Gilles Simeoni sera le prochain maire de Bastia


(Frédéric Bertocchini – Alta Frequenza) – Selon les premières tendances et les premiers résultats que nous sommes autorisés à vous communiquer, Gilles Simeoni serait le nouveau maire de Bastia. Les premiers résultats donnent 55,80% au candidat nationaliste, contre 44,20% à Jean Zuccarelli, candidat PRG-PC. Autant dire que l’on se dirige vers un résultat historique, où un candidat de la famille nationaliste s’apprête à prendre place dans le fauteuil de maire d’une grande agglomération insulaire. Le front « Anti-Zuccarelli » a donc remporté cette élection, provoquant par là-même un tremblement de terre à Bastia, mais sans doute aussi dans toute la Corse. Rappelons qu’avec cette élection, Gilles Simeoni entraîne dans son sillage ces alliés, comme le DVG François Tatti,  la candidate PS Emmanuelle de Gentili et Jean-Louis Milani, soutenu par l’UMP et l’UDI.

Publicités

Les Porto-Vecchiais se sont fortement mobilisés


Francescu Maria Antona – Alta Frequenza) – A Porto-Vecchio, les électeurs se sont fortement mobilisés, c’est le moins que l’on puisse dire. Le taux de participation se situe autour de 85% à la clôture des votes. Le dépouillement a bien entendu commencé.

> L’articulu in lingua corsa

Le groupe Aiaccini lance un appel aux Ajacciens et aux nationalistes pour faire barrage à « l’UMP de Marcel Francisci »


(Maria Lanfranchi – Alta Frequenza) – « Nous lançons un appel à tous les nationalistes et à tous les Ajacciens pour leur dire qu’’ils doivent être persuadés que la seule solution pour faire barrage à l’’UMP de Marcel Francisci, c’’est de voter et de faire voter massivement pour la liste conduite par Simon Renucci ». Tel est le message délivré ce matin par le groupe Aiaccini qui tenait une conférence de presse ce matin (jeudi) à Ajaccio. Revenant sur la fusion entre la liste Aiacciu Inseme et Aiacciu Cità Nova de Simon Renucci, qui avait achoppé faute de temps, les militants nationalistes présents sur la liste du maire sortant ont estimé que cet échec pouvait être réparé dans les urnes à travers le vote en faveur de Simon Renucci.

Les précisions de Jean-Paul Carrolaggi pour le groupe Aiaccini.

Suite…http://www.alta-frequenza.com/l_info/l_actu/le_groupe_aiaccini_lance_un_appel_aux_ajacciens_et_aux_nationalistes_pour_faire_barrage_a_l_ump_de_marcel_francisci_67549

2ème tour des municipales à Ajaccio: José Risticoni ne donne aucune consigne de vote


(Michaël Andreani – Alta Frequenza) – Municipales à Ajaccio : la liste Ajaccio Bleu Marine, conduite par José Risticoni, a fait paraître ce mercredi un communiqué à la veille du second tour. Remerciant les près de 2000 électeurs qui se sont portés sur son nom au premier tour, José Risticoni livre son analyse. Celui-ci précise également que sa liste a rencontré « à sa demande par courtoisie républicaine Monsieur Marcangeli, tête de liste UMP qui nous a signifié son rejet de toute fusion avec la liste Ajaccio Bleu Marine, refusant de facto le rassemblement de la droite tant attendu par la population ajaccienne. Monsieur Marcangeli prend ainsi le risque d’assumer la défaite, alors que nous étions pour notre part ouvert à la discussion », poursuit le communiqué. Enfin José Risticoni demande tout simplement à ses électeurs de « se rendre aux urnes dimanche et de voter en leur âme et conscience », ne délivrant donc aucune consigne pour ce second tour à Ajaccio.

Municipales à Bastia: Jean-Louis Milani explique son ralliement à Gilles Simeoni et François Tatti


(Julien Pernici – Alta Frequenza) – Nous l’avons déjà longuement évoqué dans nos précédentes éditions d’hier (mardi), avec ce véritable tremblement de terre politique à Bastia concernant le second tour des élections municipales. Une journée historique politiquement parlant en effet avec l’union de Gilles Simeoni, nationaliste modéré, François Tatti, divers gauche et ancien membre du Parti Radical de Gauche et Jean-Louis Milani, soutenu par l’UMP, autour de la liste “Bastia”. Une union au spectre très large, trop large même aux yeux de certains, confectionnée dans le but de faciliter l’alternance aux destinées de la ville de Bastia, autrement dit de battre Jean Zuccarelli.

Après Gilles Simeoni et François Tatti, écoutez les explications de Jean-Louis Milani à ce sujet.

Suite…

http://www.alta-frequenza.com/l_info/l_actu/municipales_a_bastia_jean_louis_milani_explique_son_ralliement_a_gilles_simeoni_et_francois_tatti_67530

2ème tour des municipales en Corse: communiqué de Corsica Libera


Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – Corsica Libera a présenté ce matin (mercredi), par voie de communiqué, son analyse de la situation politique en Corse après le premier tour des élections municipales. Le mouvement regrette qu’à Bastia et Porti Vechju les têtes de liste Femu a Corsica aient accepté de valider une démarche d’ostracisme à l’égard du courant indépendantiste. Il cite également les exemples d’une nouvelle démarche politique d’ouverture avec Jean-Charles Orsucci à Bonifacio notamment et souligne qu’à Ajaccio Simon Renucci et ses alliés communistes avaient accepté un dialogue sans préalable. Corsica Libera affirme que les nouveaux alliés de Femu a Corsica sont justement ceux qui s’opposent le plus aux idées nationalistes: réforme en cours, officialité de la langue, statut de résident, à savoir l’UMP, la gauche républicaine et le front de gauche. Corsica Libera appelle à voter pour les listes incluant des militants de Corsica Libera pour le second tour.

> L’articulu in lingua corsa

Communication de Corsica Libera avant le second des municipales


(Francescu Maria Antona – Alta Frequenza) – Depuis des années, les options stratégiques préconisées par Corsica Libera n’ont pas changé : donner la priorité à la cohésion des forces nationales avant d’élargir à d’autres courants politiques susceptibles de participer au nécessaire changement. Cette démarche a été appliquée dans certaines communes, notamment à Aiacciu et à Corti. À Corti, les nationalistes enregistrent un très bon résultat et entrent au conseil municipal. À Aiacciu, la convergence des forces patriotiques a permis de franchir la barre des 10%, et de devenir une force incontournable pour le deuxième tour. En revanche, à Bastia et à Porti Vechju, les têtes de liste de Femu a Corsica, Jean-Christophe Angelini et Gilles Simeoni, ont jugé bon de déférer aux injonctions des forces les plus rétrogrades de Corse, en acceptant de valider une démarche d’ostracisme à l’égard du courant indépendantiste, celui qui a consenti les plus grands sacrifices pour défendre le peuple corse. Sommés de « montrer patte blanche », ils ont validé le principe d’un préalable au sujet de la clandestinité, préalable pourtant abandonné désormais, y compris par les élus éloignés du nationalisme. Cette attitude est d’autant plus consternante qu’aujourd’hui, de nombreux responsables de partis français dans l’île ont publiquement déclaré qu’il était nécessaire de construire une nouvelle démarche politique intégrant Corsica Libera. Nous citerons notamment à cet égard l’exemple de Jean-Charles Orsucci. Observons également que le maire d’Aiacciu – et ses alliés du PCF – avaient accepté un dialogue sans préalable, même si ce dialogue n’a pas abouti. Aussi, il est particulièrement étonnant, pour ne pas dire davantage, que des leaders de formations nationalistes acceptent, pour parvenir à leurs fins électorales, que ce préalable soit réactivé. Il s’agit ici, clairement, d’une grave faute politique, génératrice d’une stratégie perdante, du moins pour l’idée nationale. Au demeurant, on peut observer que, comme par hasard, le préalable en question a réapparu uniquement dans les deux villes où un candidat « modéré » pouvait espérer remporter l’élection ! Sur le simple plan des idées, on peut remarquer que, plutôt que de se rapprocher de Corsica Libera, G. Simeoni et J-C Angelini ont préféré passer un accord avec ceux qui s’opposent le plus résolument aux idées nationalistes, qu’il s’agisse de la réforme en cours, de l’officialité de la langue ou du statut de résident, à savoir l’UMP, la gauche républicaine et le Front de gauche ! Pour l’ensemble des raisons que nous venons d’exposer, nous appelons à voter dimanche prochain pour les listes incluant des militants de Corsica Libera, en particulier pour la liste « Aiacciu cità nova ». À Bastia et à Purti Vechju, Corsica Libera laisse ses électeurs libres d’adopter en conscience l’attitude qui leur paraîtra la meilleure. Enfin, s’agissant de la démarche de réforme en cours d’élaboration à l’Assemblée de Corse, Corsica Libera réaffirme la nécessité de mettre en œuvre une solution globale conduisant à la sortie du conflit. Seul le courage et la fermeté politique permettront d’atteindre cet objectif.